E3 2017 : Le départ d’une nouvelle course à la différenciation ?

Alors que la grande messe annuelle du jeu vidéo ouvre ses portes dans quelques jours, la tradition veut que chacun exprime ses attentes concernant les annonces qui seront faites à propos de notre médium favori. Si comme beaucoup de joueurs l’envie de découvrir les nouveaux titres à venir et les nouvelles machines annoncées se fait de plus en plus pressante, cette édition du plus grand salon de jeux vidéo sera peut être aussi l’occasion d’apporter certaines réponses à la question : l’E3 2017 sera-t-il le coup d’envoi d’une nouvelle course à la différenciation ?

scorpio-2-1.jpg

Annoncée lors de l’E3 2016 sous le nom de code « Projet Scorpio », la nouvelle console de Microsoft à fait couler beaucoup d’encre depuis et est, en toute logique, particulièrement attendue. La sortie de la machine présentée comme étant la plus puissante du monde (rien que ça) est prévue pour cette fin d’année. Et bien que certaines informations aient déjà été communiquées à son sujet, tout le monde attend avec impatience que le voile soit entièrement levé sur le nouveau projet de la firme américaine. Inutile de rappeler que l’enjeu est de taille pour Xbox qui a clairement perdu la bataille de la génération de consoles actuelles face au rouleau compresseur qu’est Sony avec sa PS4 et sa PS4 Pro une version plus musclée techniquement parlant que sa grande sœur.

 

Un paysage inhabituel

En effet, Sony et Microsoft ont choisi de proposer non pas des « nouvelles plateformes » comme on pouvait l’entendre par le passé mais des versions améliorées des machines actuelles. Contrairement à Nintendo, éternel phoenix qui renaît de ces cendre après l’échec commercial que fut la Wii U, avec la Switch présentée comme un concept hybride : à la fois portable et console de salon. Force est de constater que tout cela est complètement inédit, et si deux des trois consoliers historiques ne nous proposent pas de nouveaux supports à proprement parler,  il est certain qu’une nouvelle guerre des consoles se profile à l’horion mais cette dernière pourrait bien prendre une forme un  peu particulière…

Nous sommes donc face à une nouvelle configuration du secteur qui se confirme par le fait que certains perçoivent ses changements comme un raccourcissement des cycles de vie des consoles alors que les fabricants nous parlent d’un simple upgrade du hardwear existant. Ce qui expliquerait le fait que Phil Spencer notamment évoquait au contraire un allongement des cycles susnommés et argumentait par le fait que les jeux Xbox seront compatibles avec la Xbox One, la Xbox One S et la Scorpio à l’instar des jeux PS4 et PS4 Pro, annulant par la même occasion le concept de « rétrocompatibilité ». Une question se pose alors : pourquoi faire sortir de nouvelles machines toujours plus puissantes et aussi rapidement ? Car sans être symptomatiques, certains faits laissent à penser que la stratégie de la surenchère technique et la courses aux graphismes n’est pas un gage de réussite. On le sait, les jeux coûtent bien plus cher à produire qu’autrefois et sont de fait de plus en plus difficiles à rentabiliser malgré l’augmentation des volumes de ventes à travers le temps. La preuve en est avec des titres comme Rise of The Tomb Raider, Watch Dog 2, Assassin’s Creed Syndicate, Hitman, Dishonored 2, ou encore Mass Effect Andromeda.

La valeur du partage

On l’aura compris, le « plus grand, plus beau » et donc « plus technique » n’est pas toujours la bonne réponse pour les producteurs de divertissement interactif et encore moins le garant de bonnes productions comme le soulignait Raphael Colantonio Co-Président et Directeur créatif d’Arkane Studio dans une interview donné au site de jeux vidéo Gameblog. L’accélération des sorties de consoles pourrait trouver son explication en faisant l’analogie avec le marché de la téléphonie mais cette comparaison trouve rapidement ses limites car lorsque l’on analyse ce dernier, il apparaît que les téléphones mobiles, qui se sont changés en smartphones depuis, ne sont que des produits d’appel incitant les consommateurs à souscrire à des abonnements. Difficile donc d’appliquer un tel modèle au marché des jeux vidéo, le Playstation Now ou Xbox Game Pass n’étant (pour l’instant) que des vecteurs de différenciation.

Pourtant l’offre sur le marché des consoles s’est multipliée, c’est un fait. Cela a clairement été dit par Phil Spencer avec les jeux Xbox et les différentes gammes de Xbox, et c’est aussi ce que propose Sony avec la PS4 et la PS4 Pro (et peut-être avec une PS5 aussi ?..). Mais si en plus de segmenter l’offre, les consoliers ne voudraient pas en plus segmenter le marché ? Une stratégie qui aurait déjà été adopté par Nintendo depuis plusieurs années avec la Wii.

La Wii prologue d’une course à la différenciation

Revenons quelques années en arrière : nous sommes le 19 novembre 2006 et la nouvelle console de Nintendo débarque sur le marché. Tout le monde veut pouvoir s’essayer à ce que l’on appellera par la suite le motion gaming. L’ovni signé Big N de l’époque est doté d’un nouveau type de contrôleur : la Wiimote qui permet au joueur d’interagir avec l’écran par le biais de mouvements. Grâce à cette innovation technologique et à une communication maîtrisée, la firme japonaise a réussi le pari de séduire une nouvelle cible qu’étaient « les non joueurs » créant ainsi un segment de marché vierge de toute concurrence. Si elle n’aura pas réussi à transformer ces « non joueurs » en joueurs, la Wii aura toute fois connu un franc succès commercial.

En plus d’une innovation technologique, Nintendo a aussi adopté une stratégie innovante, en terme de marketing notamment. Le constructeur japonais s’est détaché de la course à la puissance technique qui anime traditionnellement le marché du jeu vidéo au profit d’un positionnement inédit. C’est peut-être cette même stratégie qu’il continue de suivre avec sa petite nouvelle la Nintendo Swicth. Cette dernière nous est présentée comme étant une machine hybride mais en faisant abstraction du marketing et de la communication faite autour de celle-ci, elle pourrait aussi être perçue comme une console portable « next gen » qu’il est possible de brancher sur un écran TV, comme la PSP le fut en son temps, à ceci près que le branchement à la TV ne se fait pas via un câble mais grâce au « Doc ». Ce périphérique, qui permet de « switcher » entre une console de salon et une console portable, est encore une fois une réelle innovation de la part de Nintendo. Ainsi la console fait mentir ceux qui voyaient la fin des consoles de salon Nintendo avec la Wii U, et comme pour mieux brouiller les pistes voilà qu’est annoncée une nouvelle 3DS. Pourtant tout le monde s’accorde à dire que la Switch ne fait pas concurrence à une PS4 ou une Xbox One. D’ailleurs les possesseurs de la fameuse console hybride, qui pour beaucoup possèdent aussi une PS4, une Xbox, ou un PC, pourront confirmer que s’ils l’ont achetée c’est pour son concept innovant et les jeux Nintendo. En résumé si Nintendo n’est pas « pleinement » sur le marché des consoles de salon, il est à n’en pas douter le maître incontesté sur le segment des consoles portables avec sa gamme 3DS et l’annonce récente de la New 2DS XL ainsi que la Switch. Il ne manquerait plus que des jeux sortent simultanément sur les deux plateformes.

Quand les exclus ne font plus la différence

Il est clair que Nintendo a abandonné depuis longtemps la « course à l’armement » technique que l’on connait encore aujourd’hui (entre Sony et Microsoft du moins) au profit d’une stratégie qui vise à se positionner sur de nouveaux segments. Contrairement à Sony qui a gardé une stratégie plus classique, et qui lui réussi fort bien à en croire le nombre de PS4 vendues à travers le monde.

Jusqu’à présent les guerres de consoles ont été menées d’une part sur le plan technique même si ce dernier n’était pas le plus déterminant. Sony en est aussi la preuve : on se souvient de la Playstation première du nom face à la Saturne, de la PS2 face à la Xbox, sans parler des succès commerciaux de la Wii et de la Switch que l’on vient d’évoquer. Finalement tous les joueurs de longue date le savent, ce qui fait le succès d’une console ce sont ses jeux. Et c’est bien grâce à sa ludothèque et les exclusivités qu’on lui connaît que Playstation est devenue une marque si chère aux yeux des joueurs. Cette année encore ne déroge pas à la règle et bon nombre d’entre nous attend la conférence donnée par Sony lors de l’E3 pour avoir des nouvelles fraîches de titres attendus comme God of War, Death Straiding, Days Gone, ou The last of Us Part 2 pour ne citer qu’eux, sans compter les éventuelles annonces auxquelles on ne s’attendrait pas. Playstation est définitivement La console de salon aux multiples exclus qui aura déjà fait passer plus de 60 millions de joueurs à la caisse jusqu’à maintenant.

Et après ?

Aux vues des places qu’occupent respectivement Sony et Nintendo, de l’annonce du Projet Scorpio par Microsoft et de son casque de réalité mixte, on ne peut que s’interroger sur les futurs plans que nous réserve la branche Xbox. A cela vient s’ajouter la réalité virtuelle qui continue de faire parler d’elle malgré un début timide. Autrement dit Microsoft va-t-il essayer de devenir l’ambassadeur de la réalité mixte et augmentée ? La réponse à cette question pourrait être apportée lors du prochain E3 qui se tiendra du 13 au 15 juin prochain à Los Angeles et confirmer les indices que seraient l’unification des expériences de jeu Microsoft sur PC et consoles à travers la marque Xbox, l’annonce de l’Hololens, les partenariats avec HP, DELL, Lenovo, Asus et Acer.

Une telle confirmation donnerait le coup d’envoi d’une nouvelle course à la différenciation qui compliquerait grandement la tâche aux joueurs que nous sommes. Car si nous étions habitués jusqu’à présent à adopter une plateforme en fonction des softs disponibles sur celle-ci, il faudrait dorénavant les départager en fonction de l’expérience qu’elle propose. Nintendo pour pouvoir jouer quand on veut, comme on veut, où on veut. Sony pour la Playstation et son catalogue d’exclusivités et Xbox pour la réalité mixte et augmentée. Si pour certains la décision serait évidente, il est clair que les plus passionnés d’entre nous feraient face à un choix cornélien qui ne pourrait se résoudre qu’à condition d’avoir économisé suffisamment d’ici là ! Quoi qu’il en soit cet édition 2017 risque fort d’être aussi riche que passionnante donc comme on dit : Vivement l’E3 !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s